Comment définir sa proposition de valeur?

Définissez la proposition de valeur d’une entreprise en exemple. (Vous pouvez aussi me parler de votre projet)

La proposition de valeur correspond je croix à la valeur ajoutée apportée par notre produit à notre client.
Bien travailler notre persona permet donc de définir les caractéristiques de notre produit et par conséquent les caractéristiques de nos produits à mettre en avant pour définir notre proposition de valeur.
Notre proposition de valeur doit donc s appuyer sur les caractéristiques de nos produits

:dizzy:" Et si je vous promettais monts et merveilles ? »

C’est facile de faire rêver avec des promesses, on s’est déjà tous fait berner, entre la politique et le marketing, tous les coups sont permis.

STOP aux belles paroles en l’air et aux faux espoirs.

Mon histoire

« Je n’y arriverais jamais ! »
Me disais-je. Tout était déprimant, j’ai voulu abandonner plus d’une fois mon envie de créer, rien ne fonctionnait comme je le voulais.

En fait, tout ce que je tentais était voué à l’échec. Je passais mon temps à me dire : « ça ne correspond pas à mes valeurs, ce n’est pas ce que j’ai envie de vivre ! ». J’ai déménagé, changé de job, repris mes études, en pensant que le problème venait de moi, que je n’étais pas faite pour réussir et que je devais encore galérer.

Je ne me reconnaissais dans aucune des valeurs que proposaient les méthodes pour entreprendre, peut-être inspirantes pour certains, mais pas pour moi.

« Deviens un killer » / « Tu vas tout déchirer » / « Une méthode de OUF pour changer de vie » / « Si t’as la niaque Clic tout de suite ! Il ne te reste que 2h / T’as un esprit guerrier ou pas ?, tu veux être le meilleur, n’attends plus deviens riche en 3 semaines, rejoins-nous, offre exceptionnellement pour aujourd’hui demain c’est foutu, 97€ au lieu de 997€ !
Mais clique put* ! »…** :crazy_face:

Bah non en fait !
Ça ne me parle pas ces phrases de « coach putaclic ».
Je ne me reconnais pas dans ses valeurs souvent masculines, agressives, dans la compétition, l’argent, l’urgence.

Et puis un jour, j’ai enfin compris.

Je me suis posé UNE seule QUESTION :
« Quelles sont mes valeurs ? »

Tout est devenu limpide !
Pour connaître « comment » demandez-vous « pourquoi », c’est simple à dire comme ça, mais bien plus complexe dans la réalité.
Je me suis inspiré du « POURQUOI » de Simon Sinek.

Pour lui les étapes à suivre sont simples : Pourquoi > Comment > Quoi
Pour réussir il faut comprendre le « pourquoi » ce qui t’anime et quelles sont tes valeurs profondes, puis « comment » les mettre en œuvre et « quoi », sous-entendu quelle vision, produit, service proposer ?

Ça m’a aidé, mais ce n’était pas suffisant, alors j’ai créé ma propre méthode pour avancer.
J’ai compilé tous les outils, lectures, expériences, rencontres, échanges, partages, apprentissages, que j’avais eus avec une touche d’intuition et de liberté.
En reprenant tout mon parcours, mes multiples expériences, ma vie, mes connaissances, dans le domaine j’ai trouvé ma proposition.

Ce cheminement est devenu comme un guide que je voulais partager pour baliser le chemin d’autres personnes qui se sont égarées en route.
Et ce guide c’est tout simplement mon offre, ma proposition de valeur.

Ce qu’il faut retenir :
Pour se distinguer de la concurrence, se différencier, il faut connaître votre vision et vos valeurs, avant de vouloir proposer une solution, un produit.
Sans vision claire, votre proposition de valeur ne durera pas.

Posez-vous 3 questions :

1- Quel problème votre produit va t’il résoudre ?
2- Quels sont les bénéfices de votre produit ou service ?
3- Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à vos concurrents ?

Mon exemple :

:sunglasses:Ma Proposition de valeur :
Libère-toi pour libérer le monde.
Guider de façon bienveillante vers la liberté d’être soi.

Mon offre : Libérez votre esprit et réveillez vos talents

Je propose un accompagnement pour retrouver un équilibre global pour gagner en sérénité et productivité, en travaillant sur 3 piliers.
TCC, Trajectoire de vie, Conscience et Corps.

Pour harmoniser cet écosystème, je propose un processus de réflexion dynamique progressif, structuré selon des étapes claires qui permettent de prendre conscience et de se libérer de ce qui nous bloque.

Mes atouts pour développer mon offre sont : mon expérience en psychiatrie, en naturopathie, des recherches universitaires sur l’autisme, les addictions, 20 ans d’expérience en conduite de projets et entrepreneuriat.

Toutes ces expériences de vie m’ont apporté l’envie d’aider les autres à sortir d’une certaine forme d’enfermement, donc de se libérer d’une emprise.

J’espere que ça vous aidera à cheminer…

Work in progress !

1 J'aime

« Comment définis-tu ta proposition de valeur ? »

Euh … :flushed:

C’est la seule chose qui m’est venue dans la tête la première fois que j’ai entendu parler de proposition de valeur. Et d’ailleurs, c’est encore pas du tout mais alors pas du tout évident.

De ce que j’en ai compris, il s’agit de répondre à quelques questions comme :

  • Quel est le problème que j’essaye de résoudre ?
  • Qu’est ce qui rend ma solution unique ?
  • Quel résultat concret peut-on attendre de ma solution ?

Je vais être honnête, jusque-là, le problème que j’essayais de résoudre était de trouver une activité professionnelle qui me plaise. Je n’avais QUE CA en tête. J’aime écrire, j’aime le web, allééé je vais bien trouver ma place ( ouais enfin j’espère parce qu’imagine ça me plait pas ? angoisse ).

Et pour ma proposition de valeur je me disais :

  • Le problème que je résous ? Je réponds au besoin d’autres entrepreneurs/entreprises qui n’ont pas le temps/ le savoir-faire/ l’envie de rédiger leur contenu. Donc le problème est tout trouvé.
  • Ce qui la rend unique ? Moi, évidemment ! Voyons !
  • Quel résultat concret ? Eh bien d’avoir des textes rédigés, SEO friendly.

« FA-CILE » de trouver sa proposition de valeur ! Mouais. Sauf que je n’y crois pas vraiment, que j’ai envie de faire plein d’autres choses que du copywriting et que je veux proposer une solution qui me ressemble.

Alors j’ai réfléchi un peu plus à mes valeurs , à ce qui m’a fait atterrir dans cette nouvelle vie professionnelle.

J’aime les gens, j’aime leur apporter de l’aide, élaborer des relations de confiance et plein d’autres choses. Et c’est là que je dois continuer à creuser : trouver mon pourquoi .

Et la deuxième étape, c’est de sortir de ma cachette derrière mon ordinateur. Tenter des premiers contrats, obtenir des retours, échanger avec mes premiers clients et avec ceux qui pourraient être intéressés par mon offre que je n’arrive pas encore à définir.

Je n’ai pas encore expérimenté tout le processus pour définir ma proposition de valeur, mais j’ai quand même l’intuition qu’en définissant mon pourquoi, je suis sur la bonne voie. Et je crois aussi que c’est possible d’avancer même avec une proposition de valeur instable.

Avec l’expérience, la confiance d’être capable de faire les choses, du bon sens et un regard tourné vers les autres, il parait que ça le fait. :clap:

J’aime beaucoup « Libère-toi pour libérer le monde. » :smiley: :relaxed: !

1 J'aime

Il y a peu de temps de cela, avant de partir dans ma reconversion professionnelle et de me lancer en tant que copywriter-SEO en free-lance, j’ai eu l’opportunité de travailler en tant que responsable commerciale dans un centre de formation.

Il y en a à la pelle dans l’Hexagone vous me direz, et pour être tout à fait honnête avec, je garde un goût assez amer de cette expérience.

Mais en même temps, pour reprendre l’expression de notre cher président, c’est elle qui m’a fait prendre conscience de ma valeur, du moins celle avec laquelle je me sentais plus en harmonie.

Quel est le point de départ ? Par où commencer ?

Pour ma part, il m’a fallu essuyer quelques échecs et déceptions avant d’oser me poser les bonnes questions.

Cela peut paraître très banal, et sans vouloir faire de la psychologie de comptoir, on apprend beaucoup de ses échecs.

Avant d’oser me lancer en tant que free-lance, j’ai connu des postes foireux, pas du tout à la hauteur de ce qu’on m’avait vendu en entretien. Des supérieurs hiérarchiques qui appliquaient des méthodes de management à la « full Metal jacket ».

Je vous invite à voir le film de Kubrick, si vous ne l’avez pas déjà fait, des objectifs complètement délirants… bref j’en passe.

Le déclic :

Comme je vous l’ai dit précédemment, c’est surtout une succession de gamelles, mais la dernière expérience professionnelle a été le catalyseur.

Les valeurs de cette boite, pour ne pas la citer, reposait sur une proposition de valeur qui me semblait saine et remplie de bienveillance. Permettre à des gens non diplômés, de pouvoir obtenir des master grâce à des formations à distance, en utilisant un système de validation d’acquis.

Je trouvais l’idée chouette, permettre à des gens qui n’avaient peut-être pas eu la chance de pouvoir faire des études supérieures, d’obtenir un diplôme reconnu par l’état. Ce même diplôme allait leur permettre de sortir d’une série de petits boulots peu motivants pour pouvoir prétendre à quelque chose de beaucoup mieux :blush:

Mais en interne, c’était une tout autre ambiance : Un management à la papa digne des années 50…. Des salariés peu ou pas reconnus, une organisation ultra verticale pour ne pas dire paternaliste….

Courses à la prime, tableau des récapitulatifs du nombre d’appels réalisés par les commerciaux, ….

Le jour où ma supérieure m’a envoyée en pleine figure qu’il fallait que je m’organise mieux avec ma vie perso, parce que j’avais eu très exactement 8 min de retard le matin, à cause d’une grève générale des trains, et que je devais déposer mes enfants à l’école et à la crèche…. S’en fût trop !

Rendre des comptes sur ma vie perso était pour moi le compromis impossible.

Non, je n’allais pas céder à cet autoritarisme rétrograde tout juste bon à stresser les gens.

Quelle a été ma proposition de valeur ?

En me rendant compte, que ce que présentait cette boite était très éloigné de la réalité du quotidien en interne, j’ai été obligée de m’interroger sur ma propre vérité et ce dont j’avais réellement besoin pour me sentir à ma place.

Non je ne voulais pas compromette ma vie de famille et la qualité du temps que je passe avec mes enfants.

Je voulais pouvoir accompagner des personnes à se réaliser davantage dans leur projet professionnel.

Et surtout, je voulais être libre de gérer mon temps comme bon me semble.

Le free-lancing s’est offert à moi comme une évidence. Mais pour faire quoi ?

En réfléchissant à mon parcours professionnel partagé entre la communication, les médias et le développement commercial, le métier de copywriter a tout de suite fait sens.

En produisant des contenus de qualité, je pouvais aider des entrepreneurs, des créateurs d’entreprises à gagner en visibilité, développer leur business et asseoir leur expertise au sein d’un marché souvent très concurrentiel.

La proposition de valeur demande de s’interroger sur sa nature profonde, sur ce que vous êtes, et non pas ce qu’une entreprise ou votre entourage attend de vous.

Cela demande parfois du temps, et il faut parfois se prendre quelques portes avant d’y voir clair.

Nombreux dirigeants, ont connu des échecs avant de trouver leur propre valeur. Parlez-en à Alexandre Dana, avant de connaitre le succès de Livementor, il est passé par quelques difficultés…

Si vous voulez en savoir davantage sur la proposition de valeur, je vous invite à lire le blog de Stéphane Briot : https://whyislife.fr/, une pépite de bon sens et d’intégrité :blush:

En attendant, prenez soin de vous et commencez par vous poser les bonnes questions.

1 J'aime